Menu Fermer

L’apostolat de la prière

La lecture, Joan Llimona, Museu National D’Art de Catalunya [Public domain], via Wikimedia Commons
Dans ce tableau de Joan Llimona (1860 – 1926), une jeune femme prie. Son visage exprime la sérénité d’une âme qui s’abandonne à Dieu. Elle va au Cœur de Jésus avec confiance et amour. Elle sait que la prière est la voie sûre pour le salut éternel.

Pour nous faire apprécier à sa juste valeur l’apostolat de la prière et sa nécessité, il suffit de considérer comment Notre Seigneur l’a pratiqué et comment il continue de l’exercer. Ce divin Maître n’a consacré à son apostolat actif dans la population que les trois années de sa vie publique et, à celui de la souffrance, les trente-trois années de sa vie mortelle. Mais il continue et continuera jusqu’à la fin des siècles, dans l’Eucharistie, l’apostolat de la prière.

Cette ineffable prière que Notre Seigneur a commencée au jour de l’Incarnation, avec le premier battement de son Cœur sacré, n’a jamais été interrompue et ne le sera jamais. Sainte Marguerite-Marie disait : « Le Sacré Cœur désire qu’il y ait des [âmes] médiatrices. Bienheureuses seront celles qui lui rendront ce service, car ce divin Cœur sera de même leur médiateur ».

Demandons au Cœur de Jésus de remplir de ses grâces et de son ardente charité tous ceux qu’il nous adressera, et de répandre ses miséricordes sur tous ceux qui auront recours à lui.


 

Articles recommandés