Lait et beurre : comment en faire une candide méditation sur la bonté de Jésus

Bonté de Jésus - vitrail Rosaire
Le Rosaire (détail), fenêtre en verre réalisée par Jean-Baptiste Capronnier (1881) - Sint-Willibrorduskerk (Merksplas - Belgique) - Photo by IDD5000, (Own work) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons.

A partir des images naïves et courantes – comme celles que peuvent exprimer le lait et le beurre – Richard de Saint-Victor, théologien mystique du Moyen-Âge, s’élève dans la contemplation de la bonté de Jésus et des vertus qui s’épanouissent dans son Coeur sacré.

Le lait symbolise la douceur du coeur, le beurre représente l’allégresse du coeur

« Parlons de la nourriture de l’Enfant divin. Le miel, dit-on, descend du ciel ; d’autre part, nous savons que le beurre nous vient de l’animal. Tandis que le miel vient du ciel par la rosée, le beurre vient de la chair animale par le lait… Par le lait qui est doux au goût, on peut comprendre la douceur du coeur ; par le beurre, nous entendons l’allégresse du cœur. Si le beurre provient du lait, la véritable allégresse du coeur lui vient de sa douceur…

« Il n’y a rien de plus doux, rien de plus bienveillant que le Coeur de Jésus. Rien au monde n’a égalé ou n’égalera jamais la douceur de ce Cœur. Aucun cœur ne connut la vraie joie autant que ce Coeur.

La bonne conscience et le véritable bonheur

Le véritable bonheur ne vient-il pas du témoignage d’une bonne conscience ?

Si, pour notre propre coeur, ce témoignage consiste dans la résistance à la concupiscence, pour le Coeur de Jésus, il consistait à ne sentir en Lui aucune concupiscence.

Qu’y a-t-il de plus pur que sa conscience incapable du moindre penchant désordonné ?

Quoi de plus doux que ce Coeur inaccessible à la malice, au fiel et à l’amertume ?

A la Passion, la bonté de Jésus était plus compatissante

« Comprenez, si vous le pouvez, combien grande fut la douceur du divin Coeur ; elle ne fut ni vaincue ni même diminuée par les tourments de la Passion. Tout en souffrant, ce Coeur était plus compatissant pour ses ennemis, qu’il n’éprouvait de pitié pour ses propres membres souffrants. Plus que tout autre, le coeur de chair de l’Emmanuel sut compatir, parce qu’aucun autre ne fut plus tendre, plus ouvert aux impressions de bonté. Seul aussi, Jésus jouit parfaitement de la plénitude et de la perpétuité de la douceur…

Bienveillance et pureté, caractères de la vraie bonté

« Voulez-vous savoir comment, depuis son Incarnation, notre Emmanuel s’abreuva surabondamment au lait de la douceur ? Considérez les deux propriétés du lait : sa blancheur éclatante et sa douceur exquise. Tels sont les caractères de la vraie bonté ; elle possède la candeur de la pureté intérieure en même temps que la douceur d’une entière bienveillance.

« Grâce à sa pureté sans tache, la divine Poitrine de l’Emmanuel possédait la blancheur du lait ; sa bonté sans bornes lui donnait une parfaite douceur. En nous, par un effet désastreux de la concupiscence, la pureté est amoindrie ; quelque fois même elle se perd complètement. D’autre part, les excès de notre malice nous font perdre la douceur.

« En Jésus-Enfant, rien de tout cela ; toujours, il fut en possession de la plénitude de la pureté et de la bienveillance. Déjà avant l’heure de sa naissance, l’Enfant qui nous est donné à Noël a été nourri de douceur ; dès le premier instant de sa Conception, son Coeur a été rempli de toute douceur et de toute suavité. »

Richard de Saint-Victor, XIIe siècle.

De Emmanuele – Cf. Patr. lat., t. CXCVI, col. 655-658.


Source : extrait des « Exercices Spirituels en l’honneur du Sacré Coeur », par le chanoine G. Kanters.