Le culte du Coeur de Jésus honore le symbole de la charité et la Charité même

Culte du Coeur de Jésus - Le Christ guérit les boiteux, James Tissot
James Tissot (1836-1902). « Il guérit les boiteux », 1886-1894 (détail). Aquarelle opaque sur graphite sur papier vélin gris. Musée de Brooklyn. Photo: Brooklyn Museum.

Devant l’immense charité de Notre-Seigneur, devant tant de bonté, de sainteté… ; à la vue des rayonnements si magnifiques de son amour, quelle doit être l’attitude des âmes, des familles, des sociétés ? A son mouvement vers nous par l’Incarnation, la Passion, l’Eucharistie, l’Eglise, la Sanctification, le ciel, comment répondre ? Par le culte du Coeur de Jésus, de son Amour. (…)

Le culte du Coeur de Jésus, considéré en lui-même

Assurément, notre culte du Sacré Coeur ne saurait être, au fond, différent de celui que nous rendons à Notre-Seigneur, car le Sacré Coeur c’est le Coeur du Fils de Dieu ; le culte que nous rendons au Cœur de Jésus a néanmoins son caractère particulier : il s’adresse à Notre-Seigneur sous l’aspect du Coeur, de la Charité.

Et la Charité, sans doute, ne va pas nous faire oublier ses autres attributs : mais nous rapporterons à la Charité la science qui l’éclaire, la puissance qui la sert, l’immensité, l’éternité, qui en sont comme les dimensions…

Le culte du Coeur de Jésus est un culte unique, évidemment, qui honore en même temps le symbole de la charité, – ou le coeur physique, – et la charité même.

L’honneur rendu au coeur physique est comme le corps de ce culte ; l’honneur rendu à la charité en est comme l’âme.

Pour bien connaître un homme, il faut surtout connaître son âme. Pour bien comprendre le culte du Coeur de Jésus, il importe beaucoup d’en bien connaître l’âme.

C’est, vous le voyez, le culte de l’Amour de Jésus. Et l’Amour de Jésus c’est l’Amour par excellence. Les mondains tâchent d’accaparer ce beau mot d’Amour, ils l’emploient pour exprimer l’amour le plus pauvre, et parfois le plus corrompu !

L’Amour, l’amour pur et simple, c’est votre amour, ô Jésus, tant, auprès de votre amour, tout amour mauvais est méprisable et indigne de ce nom ; et tout amour naturel, même honnête, est faible et précaire.

Puisque l’âme de la dévotion au Coeur de Jésus consiste dans le culte de l’Amour par excellence, quels sont donc nos devoirs à son égard ? C’est d’abord de nous convertir, c’est de réparer devant lui ; c’est de croire en lui, d’espérer en lui, de l’aimer, de le vénérer, de le servir. Il doit nous être très doux de méditer ces devoirs sacrés.


Source :  Charles Sauvé, S.-S., « Le chrétien intime – Le culte du Cœur de Jésus », II, Partie II, chap. 3. Intertitre de la rédaction.