Vous serez agréablement surpris d’apprendre ce que déclarait sainte Marguerite-Marie Alacoque :

Le Sacré Cœur « désire qu’on fasse de petites images de son divin Cœur, afin que ceux qui voudront l’honorer puissent les porter sur eux ».

« Renouvelons souvent notre consécration au Cœur de Jésus et pratiquons-la fidèlement : ce Sacré Cœur y prend un singulier plaisir ».

En apprenant ce désir divin, ne voulez-vous pas avoir avec vous une petite image du Sacré Cœur avec le texte abrégé de la consécration au verso ? Demandez-la en téléphonant au 0 810 310 025.

Cette image est facile à porter. De la taille d’une carte bancaire, vous pouvez la glisser dans votre portefeuille.

Vous aurez ainsi l’image du Sacré Cœur sur vous et, à n’importe quel moment, vous pourrez renouveler votre consécration.

Voilà à quoi je vous invite avec cette image du Sacré Cœur :

  • honorez-Le tous les jours en renouvelant votre consécration ;
  • demandez Sa protection dans vos peines et difficultés ;
  • réparez les offenses publiques et individuelles dont Il est l’objet.

Vous resterez ainsi toujours attaché au Sacré Cœur, vous serez son ami fidèle dans notre société déchristianisée.

Lorsque sainte Marguerite-Marie a sollicité une grâce de salut pour quelqu’un qui lui avait été recommandé, elle a reçu cette réponse divine :

« Qu’il se dévoue à rendre un hommage particulier à mon Cœur et qu’il dise tous les jours la consécration ».

C’est dans le Sacré Cœur qu’il faut placer toutes nos espérances pour le salut de notre société. Son message est adressé en particulier à la France comme Il l’a promis à sœur Marie de Jésus le 21 juin 1823 :

« La France est toujours bien chère à mon divin Cœur. Je prépare toutes choses pour qu’elle lui soit consacrée ; après quoi je lui réserve un déluge de grâces, et toute la terre ressentira les bénédictions que je répandrai sur elle. La foi et la dévotion refleuriront en France par la bénédiction de mon divin Cœur. »

Mais certains esprits pragmatiques pourraient avoir cette tentation : cette promesse faite au XIXe siècle est-elle encore valable pour la France actuelle ?

Vous pouvez constater que la haine antichrétienne ne connaît plus de limites. Vous vous rappelez de l’agressivité des expressions taguées sur le fronton de la basilique de Montmartre en mars 2014 :

« A bas Dieu – Feu aux chapelles – Ni Dieu, ni Maître, ni État »

Les profanateurs ont osé toucher à ce lieu d’une dimension symbolique notable, car la basilique est la concrétisation d’un vœu national pour implorer la miséricorde de Dieu et offrir une réparation au Sacré Cœur suite aux catastrophes de 1870.

Comme il y a un siècle, la présence publique des signes religieux catholiques est de plus en plus contestée devant les tribunaux au nom de la laïcité.

Mais devant ce fléau antichrétien, vous et moi n’allons pas nous décourager ; au contraire porter l’image du Sacré Cœur, se consacrer à Lui et diffuser cette dévotion ce sont déjà des actes de réparation, c’est commencer à réagir.

Vous direz avec moi que ces paroles de Notre Seigneur à sainte Marguerite sont plus que jamais actuelles :

« En reconnaissance de l’amour que j’ai témoigné aux hommes, je ne reçois de la plupart que des ingratitudes par leurs irrévérences et leurs sacrilèges, par les froideurs et le mépris qu’ils ont pour moi ».

Mais aussi dans plusieurs circonstances le Sacré Cœur a rassuré notre sainte :

« Ne crains rien, je règnerai malgré Satan et ses suppôts ; j’attends au passage tous ceux qui veulent s’y opposer. Satan demeurera confus avec tous ses adhérents ».

« Crois-tu que je puisse le faire ? Si tu le crois, tu verras la puissance de mon Cœur dans la magnificence de mon amour. »

Aujourd’hui proclamons comme sainte Marguerite : « Oui ! Il règnera ! ce divin Cœur ! »

Comme vous le savez, le premier hommage demandé par le Cœur de Jésus est la consécration personnelle.

Ce qui suppose reconnaître Ses droits souverains, se soumettre aux droits qu’Il a en tant que Créateur, Homme-Dieu et Rédempteur, s’offrir librement avec tous les biens qu’on a reçus de Lui et ajouter un signe extérieur, par exemple une prière pour marquer la sincérité de cet acte.

Selon le Pape Pie XI, la consécration personnelle « parmi toutes les pratiques se référant au culte du Sacré-Cœur, est sans conteste la principale d’entre elles ».

Voilà pourquoi je vous invite à réciter la consécration au Sacré Cœur, et cela le plus souvent possible.

Vous trouverez dans ces paroles de consécration, prononcées avec sincérité et confiance, le bonheur de plaire à Dieu et de satisfaire une de Ses demandes concrètes faites à sainte Marguerite :

« Mon aimable Jésus, pour vous témoigner mon amour et ma reconnaissance, en réparation de mes infidélités, moi (votre nom) je vous donne mon cœur, je me consacre entièrement à vous : je me propose avec votre sainte grâce de ne plus vous offenser. »

Jésus doux et humble de cœur, rendez mon cœur semblable au vôtre !

Pour demander la carte avec l’image du Sacré Cœur et au verso la formule abrégé de consécration, téléphonez au 0 810 310 025.

Vous pouvez aussi la demander pour une de vos relations, ce sera un beau geste d’apostolat envers votre prochain.

Propager la dévotion au Sacré Cœur de Jésus est un moyen très efficace pour obtenir la paix dans nos familles et un instrument privilégié pour redécouvrir la vocation chrétienne de la France. Il ne faut pas s’en passer !