La gloire de Dieu au moment de la Transfiguration

Gloire de Dieu au moment de la Transfiguration
La Transfiguration du Christ sur le mont Tabor, 1768 (détail), Christoph Anton Mayr, fresque de l'église paroissiale St-Pierre-et-St-Paul à Öll, Tyrol, Autriche. Image : Wolfgang Sauber (Own work) CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons.

La vision de la gloire de Dieu au moment de la Transfiguration du Seigneur soutiendra la foi des trois apôtres quand, au jardin des Oliviers, leur Maître succombera sous le poids des douleurs. Ci-après l’admirable récit de la Transfiguration fait par le R. P. Berthe :

Jésus arriva, vers le soir, au pied du mont Thabor. Laissant ses autres compagnons se reposer dans la plaine, Il prit avec Lui ses trois privilégiés, Pierre, Jacques et Jean, et gravit avec eux les flancs escarpés de la montagne.

Arrivé au sommet, Il se mit, comme d’habitude, à prier son Père, pendant que les trois apôtres, brisés de fatigue, s’endormaient d’un profond sommeil.

La gloire de Dieu et la jubilation des apôtres

Tout à coup, une scène du ciel éclaira ces hauteurs.

Le Fils de Dieu laissa percer, à travers Son humanité, un rayon de cette gloire qu’un miracle incessant empêchait d’éclater au dehors. Aussitôt il apparut complètement transfiguré : son visage brillait comme le soleil ; ses vêtements, d’une blancheur inimitable, resplendissaient comme la neige.

Réveillés par les clartés éblouissantes de cette divine lumière, les apôtres se crurent subitement transportés dans un monde inconnu.

Bientôt deux personnages, pleins de majesté, surgirent du fond lumineux et se placèrent aux côtés de Jésus. Pierre et ses compagnons reconnurent Moïse, l’auteur de la Loi, et Élie, le restaurateur de cette même Loi.

Tous deux, représentants de l’antique alliance, venaient s’incliner devant l’auteur du Testament nouveau. Ils s’entretenaient avec le Sauveur de sa sortie du monde qui devait bientôt s’accomplir à Jérusalem.

Le regard fixé sur la triple apparition, les apôtres restaient muets, dans une jubilation extatique. Au moment où les deux prophètes se disposèrent à quitter le Sauveur, Pierre, hors de lui, ne put s’empêcher de s’écrier :

« Seigneur, qu’il nous serait bon de demeurer ici ! Si vous le voulez, nous construirons trois tentes, une pour vous, une pour Moïse, une pour Élie. »

Jésus reçoit honneur et gloire de Dieu le Père

Tout entier à la vision qui l’absorbait, Pierre ne se rendait pas compte de ce qu’il disait, quand soudain une nuée lumineuse enveloppa Jésus et ses deux interlocuteurs, pendant qu’une voix, perçant la nue, fit entendre distinctement ces paroles :

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, dans lequel j’ai mis toutes mes complaisances : écoutez-le. »

Le Christ relève les apôtres effrayés

A ces mots, les trois apôtres, tremblants de frayeur, tombèrent la face contre terre. Mais déjà Jésus était près d’eux :

« Levez-vous, dit-Il en les touchant de la main, et soyez sans crainte. »

Ils se levèrent alors, regardèrent tout autour d’eux, et ne virent plus que leur Maître, resté seul avec eux sur la montagne. (…)

En descendant de la montagne, Jésus leur recommanda de garder le silence sur cette vision dont Il les avait spécialement favorisés, « et de n’en parler à personne jusqu’à ce que le Fils de l’homme fût ressuscité d’entre les morts. »


Extrait de « Jésus-Christ, Sa vie, Sa passion, Son triomphe », R. P. Berthe. Titre et sous-titres rajoutés par la rédaction.