« L’humanité ne trouvera pas la paix tant qu’elle ne se tournera pas avec confiance vers ma miséricorde »

Cette page reproduit l’explication du tableau de la Divine Miséricorde donnée par Notre Seigneur à Sainte Faustine Kowalska. Elle l’a transcrite à Vilnius, en 1934, dans son « Petit journal ». Quand une fois mon confesseur m’ordonna de demander au Seigneur Jésus ce que signifient ces deux rayons qui sont sur cette image, je répondis que oui, que je vais le demander au Seigneur.

Pendant la prière j’entendis intérieurement ces paroles :

« Ces deux rayons indiquent le sang et l’eau – le rayon pâle signifie l’eau, qui justifie les âmes ; le rayon rouge signifie le sang, qui est la vie des âmes…

« Ces deux rayons jaillirent des entrailles de ma miséricorde, alors que mon cœur, agonisant sur la croix, fut ouvert par la lance.

« Ces rayons protègent les âmes de la colère de mon Père. Heureux, celui qui vivra dans leur ombre, car la main juste de Dieu ne l’atteindra pas. Je désire que le premier dimanche après Pâques soit la fête de la Miséricorde.

« Demande à mon fidèle serviteur de parler en ce jour au monde entier de ma grande miséricorde, que celui qui s’approchera ce jour-là de la Source de Vie obtiendra une totale rémission de ses fautes et de leurs châtiments.

« L’humanité ne trouvera pas la paix tant qu’elle ne se tournera pas avec confiance vers ma miséricorde.

« Oh ! combien l’incrédulité de l’âme me blesse. Une telle âme professe que je suis saint et juste mais ne croit pas que je suis miséricorde, elle se défie de ma bonté. Les démons aussi exaltent ma justice, mais ils ne croient pas en ma bonté.

« Mon cœur se réjouit de ce titre de miséricorde.

« Proclame que la miséricorde est le plus grand attribut de Dieu. Toutes les œuvres de mes mains sont couronnées de miséricorde ».


Source : Sainte Faustine Kowalska, « Le petit Journal », (299–300).